L’impressionnisme

L’impressionnisme

 Beaucoup de peintres ont du talent, mais les impressionnistes, eux, avaient du génie. Ils voyaient le monde qui nous entoure comme personne d’autre ne le voyait, et ils l’ont peint de telle manière qu’en regardant aujourd’hui leurs tableaux, on s’exclame : mais, oui, c’est bien cela : la lumière, les couleurs, les reflets…

Voilà sans doute pourquoi l’engouement dont bénéficient les impressionnistes ne se tarit pas : ils nous révèlent l’art présent dans la nature et la vie quotidienne, jusque dans ses instants et ses scènes les plus simples.

1. Les origines de l’impressionnisme

Romantisme, Classicisme, Réalisme et Académisme constituent les principaux courants, en vogue dans la première moitié du XIXème siècle. L’impressionnisme naîtra en réaction contre eux.

2. Le groupe des impressionnistes

Les impressionnistes n’ont jamais constitué une école, telle qu’a pu l’être, par exemple, l’ « Ecole de Barbizon », groupe de peintres paysagistes qui s’étaient installés dans ce petit village en lisière de la forêt de Fontainebleau, entre 1830 et 1860, pour peindre directement dans le milieu naturel des sujets ayant trait au paysage et à la vie rurale.

Rien de tout cela avec les impressionnistes, peintres aux personnalités très différentes ; certains sont liés par une solide amitié, mais chacun a son style, ses préoccupations et ses thèmes préférés. Même s’ils présentent un certain nombre de traits communs et ont souvent partagé leurs recherches picturales. Leur principal trait d’union a été le rejet de la peinture « officielle » et la recherche d’une nouvelle manière de représenter le réel. L’exclusion dont ils seront les victimes de la part des institutions, Académies des beaux-arts et jury du salon, ainsi que le mépris de la critique exaspéreront leur créativité ; et le souci de se faire reconnaître et d’exister, en tant que peintres, cimentera le groupe.

L’originalité du mouvement est donc d’avoir été le premier à naître d’une révolte qui a conduit ces peintres à organiser, eux-mêmes, des expositions pour présenter leurs oeuvres au public, en supportant le risque financier. Il y aura huit expositions au total entre 1874 et 1886 qui ponctueront la vie du mouvement impressionniste, dans sa période la plus productive.

3. Les impressionnistes et leur époque

Les impressionnistes sont nés entre deux révolutions : celle de 1830 et celle de 1848. Leur peinture témoigne des grands bouleversements qui ont marqué la deuxième moitié du XIXème siècle : découvertes scientifiques et technologiques, accélération de l’industrialisation, naissance du capitalisme, émergence de nouvelles classes sociales et grands travaux d’aménagement, tels ceux du baron Haussmann sur les artères parisiennes. Ils ont vécu des événements dramatiques comme la défaite de 1870, l’insurrection de la Commune et sa répression sanglante. Mais leur œuvre reflète aussi l’effervescence culturelle et une certaine joie de vivre qui caractérisent cette période d’expansion ; elles transparaissent dans les toiles représentant des scènes dans les avenues ou les cafés parisiens ainsi qu’à la campagne ou dans les guinguettes de bord de Seine.

4. Le style impressionniste

- L’explosion des couleurs
La couleur passe avant le contour ou même la forme ; elle déborde, elle explose. Les taches de couleur sont d’une taille supérieure à celle des objets réels qui les portent ; c’est bien l’impression qui est peinte.
- Le jaillissement de la lumière
La lumière s’introduit partout, elle brouille les formes et les réduit en taches de couleur.
- La troisième dimension
Le peintre impressionniste travaille l’épaisseur plus qu’il ne travaille le contour. Il est à contre-courant de la peinture classique, plate et précis.
- Reflet des taches
Le reflet dans l’eau est souvent utilisé, il permet de s’affranchir encore plus de la forme ; alors les taches de couleur se juxtaposent en symphonie.
- Modernité
Les thèmes contemporains sont très présents : paysages urbains et constructions modernes.
- Vie quotidienne
Les toiles représentent souvent des scènes simples de la vie quotidienne, au travail, en famille, pendant les loisirs. Tableaux de groupes ou intimistes, avec des gens ordinaires.

Définition du dictionnaire : école picturale française qui se manifesta notamment, de 1874 à 1886, par huit expositions publiques à Paris et qui marqua la rupture de l’art moderne avec l’académisme.

Figures majeures : Claude Monet, Camille Pissaro, Armand Guillaumin, Paul Cézanne Pierre-Auguste Renoir, Jean-Frédéric Bazille, Alfred Sisley, Edouard Manet, Gustave Caillebotte, Edgar
Degas, Mary Cassat, Berthe Morisot.